Du métro Villers à Vigneux

  • 19 mars 2016

ULTREÏA

j’ai appris la signification de quelques noms essentiels aujourd’hui.

Humble, douleur, limite, imprévu et enfin… trou du cul.

je commencerai par « Trou du cul » qui je l’avoue me représente bien sur ce coup la, pensant vivre cette aventure millénaire en mode autonome façon Camel Trophy… Bah nan, ça se fait pas comme ça. Et le Matos pour les bivouacs il va jarter, comme le boîtier reflex et les jumelles, le stock de soupe et les piles. 28 kilos qu’il faisait le sac… Il met faut en perdre 18. Et je dormirai dans les gîtes, comme un Pèlerin.

imprévu : parce que il va y en avoir alors autant en prendre tout de suite. Déjà dans le rouge au 25 éme kilomètre et du mauvais côté de la Seine, je trouve la passerelle de l’écluse fermée pour cause « Vigipirate ». Une première décision à prendre. Rebrousser chemin pour emprunter le pont que j’ai passé il y a 7 kilomètres ou prendre le suivant qui allonge le parcours déjà un peu trop long pour un premier jour et en surcharge. J’ai choisi, je ne reviendrai pas sur mes pas. C’est con comme idée, je n’ai pas pris en compte la côte qui suivra le pont… Parcours du jour 1 = 40 kilomètres, 10H dont au moins 5 de doute et de colère, c’est n’importe quoi.

limite : j’ai vécu la journée la plus intense de mes 10 dernières années, et le dur apprentissage du chemin m’a je pense déjà fait toucher du doigt ma limite physique. Parce que la veille du départ le petit picotement dans la gorge que l’on connais tous annonçait une bonne crève, et ça non plus je ne l’avais pas prévu. Les courbatures ne viennent pas toutes des 18 kilos de trop dans le sac, la fièvre et la toux y contribuent…

DouleurS : je connais exactement l’emplacement de mes articulations… Déjà sur la route j’ai détecté de la compassion dans le regard des gens que j’ai croisé. C’est peut être qui a incité Thierry, le gars qui promenait son chien à finalement papoter avec moi pendant une heure avant qu’il ne fasse demi tour pour rentrer chez lui. En fait c’est génial, je découvre l’aura qui flotte autour d’un type qui marche et qui appelle les gens.

Humble : j’en ai pris une belle de claque, et ce n’est que le premier jour… Alors tous les plans que j’ai tiré sur cette aventure ne sont que de la science fiction, la je suis dans le réel et le chemin ne sera pas du tout comme je l’ai imaginé. Quelle incroyable journée…

comment (2)

  1. Rachid Casino shop

    21 Mar 2016 - 16:00

    Bon courage LIONEL ! Il faut faire une cure de raisin et vous allez y’ arriver , vous allez voir. Rachid du casino shop.

  2. Fif

    23 Mar 2016 - 09:54

    N’oublie pas le citron avec son bicarbonate de sodium, en soutien!
    T’as fait le plus dur, rassure-toi .

Leave a Reply